L'histoire du cadran solaire

Avant l'invention de l’horloge, on mesurait le temps à l'aide du cadran solaire. Le premier dispositif de mesure du temps ! Les cadrans solaires utilisent la position du soleil dans le ciel pour dessiner des ombres sur le cadran, qui est marqué de chiffres indiquant l'heure. Les cadrans solaires ont été fabriqués pour la première fois il y a plus de 3 500 ans, au cours de l'année 1500 avant Jésus-Christ. Depuis les vestiges de l'Égypte ancienne jusqu'à aujourd'hui, découvrez son histoire.

 

Avant le cadran solaire :

Gnomon

Les hommes étaient à la recherche d'une méthode exacte de mesure du temps pour planifier leurs horaires de travail, leurs traditions et leur vie en communauté.

Avant que le cadran solaire n'existe, il y avait le gnomon. Cet outil, inventé par les Babyloniens, puis découvert en Chine et chez les Incas, a servi de base au cadran solaire. Il était construit sur l'idée d'un bâton qui était placé droit dans le sol, et dont l'ombre était projetée par le soleil. C'est d'ailleurs du gnomon que vient le nom de la science des cadrans solaires, également connue sous le nom de gnomonique.

 

Il est probable que c'est en Égypte ou en Mésopotamie qu'a été développé le cadran solaire basé sur le gnomon. Au début, les Égyptiens divisaient le jour en douze décans et les jours en douze décans. Cependant, ils n'avaient pas les "heures" résultant de cette méthode n'étaient pas égales, le jour et la nuit variant en fonction des saisons.

 

Comment fonctionne un cadran solaire : Le Gnomon

La fonction du cadran solaire est basée sur la fonction d'un instrument différent : le gnomon, un instrument astronomique dont la longueur et la direction des ombres sont utilisées pour diriger les heures qui sont tracées sur une surface plane et horizontale. Le gnomon est un instrument complet qui comprend la tige, fixée ou plantée, toujours verticalement, et portant la désignation "style", et le support sur lequel elle est placée - soit sous forme de socle, soit directement dans le sol.

Le but du gnomon est de déterminer la hauteur du soleil dans le ciel par la projection de son ombre. Le gnomon était à l'origine un simple bâton de bois qui était érigé horizontalement dans le sol ; reconnu par les Grecs et les Chaldéens, c'est le début de la science du cadran solaire que l'on appelle la gnomonique. En substance, le gnomon était le précurseur du cadran solaire "moderne" d'aujourd'hui, réinventé par les Babyloniens et les Grecs.

 

 Un Gnomon

 

 

Le premier cadran solaire : le scaphandre

Le premier cadran solaire pour lequel des sources sont disponibles est celui de l'astronome chaldéen Berosus, en l'an 300 avant J.-C.. Le prédécesseur du cadran solaire était connu sous le nom de scaphe, qui se traduit par "bateau". Il s'agissait de demi-sphères creuses au centre desquelles se trouvait le gnomon, et l'ombre projetée par la lumière du soleil marquait les heures. Sa forme est similaire à celle des horloges modernes, qui sont sphériques, avec des aiguilles en leur centre.

 

L’évolution du cadran solaire

Le cadran solaire n'est toujours pas précis, mais il est encore utilisé dans de nombreux endroits.

L'Église, notamment, s'en est emparée et a commencé à l'utiliser vers le VIIe siècle afin de déterminer le moment des offices et des actions liturgiques. Les cadrans, qui sont placés verticalement sur les façades des églises et des lieux de culte, sont appelés cadrans canoniques. Ils ne donnent pas l'heure du jour mais définissent plutôt le moment de divers événements de la vie religieuse.

 

 

A la fin du siècle, le cadran solaire devient plus précis.

 

C'est en découvrant la rotation et la nature sphérique de la Terre au 15e siècle que le cadran solaire a évolué au cours de l'année 1513. Son dessin (anciennement gnomon) est incliné pour refléter la direction de la Terre en fonction de la position du soleil, ce qui lui permet d'afficher des heures plus précises.

  

La clepsydre et le sablier sont deux des outils qui complètent le cadran solaire.

 

clepsydre

La création de la clepsydre, également connue sous le nom d'horloge à eau, remonte aux environs de 1400 avant Jésus-Christ. J.-C. L'idée était de créer l'un des premiers "garde-temps", la clepsydre, également appelée horloge à eau, ne servait pas à afficher l'heure mais à compter les durées, notamment la durée des discours, afin de fournir à chacun un temps de parole identique. Le sablier, son descendant, s'est avéré plus précis à cet effet.

Ces deux outils permettaient, avec le cadran solaire, de mesurer les durées et les heures avec un peu plus de précision. Nous reparlerons de la clepsydre qui était la base des premières horloges hydrauliques.

Nos sabliers

Cohabitation avec les horloges

Les premières horloges ont été introduites vers le XVIe siècle et, bien que plus robustes que le cadran solaire, les deux instruments ont été utilisés de manière complémentaire pendant un certain temps, jusqu'à ce que la minuterie, qui pouvait être utilisée pour mesurer des durées et des heures et des durées, devienne la norme pour montrer le passage du temps.

Dans le prochain article, nous nous intéresserons aux horloges hydrauliques qui ont été développées après la clepsydre et qui sont les plus proches parents des horloges mécaniques.

Avez-vous trouvé cet article intéressant et instructif à lire ? Nous vous encourageons à nous suivre sur nos réseaux sociaux. Nous lirons vos commentaires avec grand plaisir.

cadran solaire

 

Quelle était la méthode de mesure du temps ?

 

Diverses cultures anciennes, dont celles des Égyptiens, des Grecs et des Romains, utilisaient des cadrans solaires. Les Romains ont été les premiers à diviser la journée en douze heures pour mieux marquer le temps et les événements. La journée était séparée en deux périodes : la période post-méridienne (avant midi) et la période post-méridienne (après-midi). Les deux périodes que nous avons aujourd'hui sont A.M. et P.M.

 

La principale différence entre la façon dont nous gardons la trace du temps aujourd'hui et il y a quelques milliers d'années est qu'elle est très simple. Aujourd'hui, nous n'utilisons pas le soleil pour calculer l'heure. De nos jours, nous utilisons "l'heure de l'horloge", ce qui signifie que l'heure est constante et n'est pas affectée par les saisons, comme l'heure solaire ! Le cadran solaire et l'heure d'horloge sont en accord sur l'heure 4 fois dans l'année aux dates suivantes : 15 avril, 15 juin, 1er septembre et 25 décembre !

 

 

Qui a été le premier à inventer le cadran solaire ?

 

Les historiens ne savent pas exactement qui a été le premier à créer le cadran solaire. En fait, il a été créé assez loin dans le passé, en l'an 1500 avant J.-C. Des archéologues ont découvert en Égypte le prétendu premier cadran solaire en pierre. D'autres pensent que des peuples de Grèce, de Rome ou de Babylone ont également été les créateurs de cadrans solaires.

 

Le cadran solaire chez les égyptiens

 

Le plus ancien cadran solaire connu peut être décrit comme l'une des horloges d'ombre égyptiennes qui était faite de schiste vert. Il a été construit dans les années 1500 avant J.-C. en Égypte. Il était conçu en forme de L alphabétique. Sa longueur était déterminée par l'ombre créée par le pied vertical et la traverse qui longeait le pied horizontal indiquait l'heure.

 

La base, sur laquelle est gravée l'échelle des six divisions horaires, est orientée dans le sens est-ouest. La traverse est située à l'extrémité est le matin, et à l'extrémité ouest le jour. La longueur de l'ombre qui tombe sur la branche horizontale est un signe de date et d'heure. Ces cadrans solaires ont été utilisés jusqu'à une époque récente dans certaines régions de l'Égypte rurale. Ils existent également depuis un certain temps.

 

cadran solaire egyptien

 

Le cadran romain

On pense que les Romains ont également été l'un des premiers peuples à installer des horloges solaires dans les jardins. Les jardins romains sont des espaces privés, situés derrière les maisons, et entourés de colonnades et de pièces. Dans ce paysage aménagé se trouvait le cadran solaire. Il était placé sur une plate-forme en pierre pour refléter l'ombre du soleil, le dieu Sol qui conduisait le cheval dans les cieux. Comme l'exigeaient leurs croyances païennes.

 

Cadran solaire romain

 

Le cadran solaire islamique

Chaque jour est divisé en douze heures, du lever au coucher du soleil. La durée du jour est différente au cours de l'année. En fait, la longueur et la position de l'arc changeaient en fonction des saisons. Un certain nombre d'arcs étaient généralement dessinés à l'intérieur de la planète. Cela conduisait naturellement à des périodes de lumière du jour plus longues en été et plus courtes en hiver, appelées heures saisonnières.

 

Le cadran solaire d'Aristarque a été largement utilisé au cours des siècles. On dit également que, selon l'astronome mésopotamien Al-Battani (858-929 de notre ère), il était utilisé dans tout le monde arabe jusqu'au 10e siècle

On pense que l'astronome babylonien Berosus (vers 300 avant J.-C.) a créé une variante du cadran solaire. Il a coupé la partie de la surface sphérique qui se trouvait au sud de l'arc de cercle tracé par le point de l'ombre dans le jour le plus long.

Les musulmans médiévaux ont créé des cadrans solaires afin d'offrir une méthode précise pour déterminer l'heure de la prière. C'est la raison pour laquelle la plupart des cadrans solaires musulmans comportent des lignes qui indiquent l'heure de la prière. Certains cadrans solaires sont les seuls à présenter des lignes.

Cadran solaire islamique

 

Les différents cadrans solaires

Il existe deux types de cadrans solaires : les cadrans d'altitude et les cadrans directionnels.

Un cadran d'altitude permet de calculer l'heure en fonction de la distance du soleil par rapport à l'horizon. Dans tous les cas, il doit être orienté vers une inclinaison de la boussole. Dans d'autres cas, il sert de point indicateur. Il existe différents types de cadrans, notamment les cadrans plans, les

cadrans circulaires, les cadrans scaphe et les cadrans à anneaux.

cadran d'altitude

Excursion en bateau pour découvrir l'histoire du Gnomon à l'époque de Pythéas le Massaliote

gnomon horloge time
Les marins de l'Antiquité ne connaissaient pas la boussole.
Pour déterminer leur position, ils dépendaient des étoiles et de trois instruments de repérage qui leur servaient à s'orienter : le Gnomon et la Clepsydre ainsi que le Sablier.
Le gnomon est une tige de fer fixée sur une surface plane divisée en 12 segments, utilisée comme cadran solaire. Les Babyloniens et les Grecs le savaient déjà, l'ombre de la tige sur le cadran indiquait la date et l'heure de l'événement.

Ensuite, la nuit, le sablier et la Clepsydre étaient en charge. Grâce à cela, la vitesse des bateaux due à un loch, les anciens marins étaient en mesure de calculer une localisation approximative.
Le sablier est un appareil qui sert à mesurer le temps par l'écoulement de l'eau. quantité spécifique de liquide d'un récipient à un autre.

Le sablier peut être utilisé pour mesurer l'heure de la journée lorsque le ciel est couvert et que les cadrans solaires ne peuvent être utilisés.
Sur les navires, le sablier est l'horloge qui compte quatre heures.

instrument de navigation horloge time